Dossier n° 002/02

Le deuxième procès dans le cadre du dossier n° 002
Le 15 septembre 2010, Nuon Chea et Khieu Samphan (ainsi que Ieng Sary et Ieng Thirith) ont été renvoyés devant la Chambre de première instance des CETC pour répondre de faits qualifiés de crimes contre l’humanité, génocide et violations graves des Conventions de Genève de 1949, dans le cadre du dossier n° 002. Les chefs d’accusation sont décrits dans l’Ordonnance de clôture dans le dossier n° 002. Ieng Thirith a été déclarée inapte à être jugée et Ieng Sary est décédé le 14 mars 2013. Les deux Accusés restants sont donc Khieu Samphan et Nuon Chea.

En septembre 2011, la Chambre de première instance a décidé de diviser (disjoindre) les chefs d’accusation énoncés dans l’Ordonnance clôture dans le dossier n° 002 pour les aborder au cours d’une série de plus petits procès. Le premier procès dans le cadre du dossier n° 002 s’est ouvert le 21 novembre 2011 et les réquisitions et plaidoiries finales se sont achevées le 31 octobre 2013. Le jugement est attendu durant la première moitié de 2014.

Durant le deuxième procès, Khieu Samphan et Nuon Chea doivent répondre de nouvelles accusations décrites dans l’Ordonnance de clôture dans le dossier n° 002. La Chambre de la Cour suprême a ordonné que les audiences dans le deuxième procès dans le cadre du dossier n° 002 commencent dès que possible, et que la portée de ce deuxième procès comprenne au minimum les faits relatifs à S-21, à un camp de travail, à une coopérative et au crime de génocide. Une réunion de mise en état a été fixée aux 11 et 12 décembre 2013.

Documents sur le sujet

Témoins, experts et parties civiles dans le dossier 002. Cliquer sur la photo pour l'agrandir.
PHAN Him PHAN Him
CHEA Dieb CHEA Dieb
Ms. CHEA Dieb Ms. CHEA Dieb
Mr. SENG Soeun Mr. SENG Soeun
Mr. CHIN Saroeun Mr. CHIN Saroeun
2-TCW-976
Henri Locard Henri Locard
2-TCW-1005 2-TCW-1005

Witness 2-TCW-1005 – anonymous due to involvement in other cases – testified in July 2016 on the subjects of internal purges and forced marriage. He was born in 1958 in Tram Kak, Takeo province. His father died sometime around 1967 or ’68; although the witness isn’t sure precisely when or why because he was quite young, he does believe that it was because of his father’s involvement in the CPK. In fact, he believes that his father’s friendship with Son Sen is the only reason he is still alive today. His mother also joined the revolution quite early, in 1970.The witness said he joined the Khmer Rouge army when he was 15. According to the witness, when several of his teachers were killed while participating in demonstrations against the Lon Nol regime, the witness was inspired to fight against Lon Nol, so he joined the army as part of a children’s messenger unit. He stayed there for two and a half years, then moved to Kiri Vong in September of 1975 and onto Kratie in 1977 while moving up in the ranks of messenger units in those sectors.Because of his increasingly important position in messenger units, the witness said he was present at many meetings of the higher echelons of leadership. His main testimony pertained to purges of the party leadership in the Khmer Rouge during the later years of the regime. One purge he spoke of in particular allegedly occurred in Sector  13 in 1977 when the secretary of the sector was removed from his position, originally due to health reasons and then arrested for alleged connections to the enemy. The witness explained that the secretary was replaced by the witness’s cousin, who was only in the position for a short time before he, too, was accused of connections to the enemy and sent to S-21.Another alleged purge in 1977 that the witness was questioned  about, occurred during a period of intense fighting against the Vietnamese in the area near Kratie. As a leader of a messenger unit, the witness said he delivered a letter from the head office which required 11 of the top leaders in Sector 505 to go to a meeting in Phnom Penh. At the time, he said, he was young and he was happy that his superiors would be away for a few days. However, he realized they had been “disappeared” when their positions were filled with new cadres. Their names later appeared on the prisoner list of S-21, including one of his uncles.The witness spoke in particular about the harmful effect of the mistrust between comrades sown by the party, specifically through their Revolutionary Flag magazine which told its readers that enemies of the party were everywhere. These enemies were referred to as “burrowing enemies”, and much of the witness’s testimony related to how the party dealt with these alleged burrowing enemies. The witness pointed out how the magazine and the party focused heavily on eradicating friends of the CIA and the KGB-affiliated Vietnamese, while ignoring the hunger and shortage of food being suffered by the Cambodian people at that time.According to the witness,  the Khmer Rouge tended to move cadres who were from the East Zone into the Southwest Zone and vice versa, and each time they moved it was difficult for party members to trust them. As well as this, the witness said the mistrust meant that any person with any connection to Phnom Penh or outside Cambodia was disappeared because they were believed to be an agent of the enemy.   He exemplified this with the case of his mother,  who according to the witness was killed because of an aunt in Phnom Penh, even though she had been a member of the party since 1970. The witness stressed that the principles of the party were sound – he remained a member of the Khmer Rouge until 1998. However the principles depended on execution, and in this he felt the party failed. The leadership was not consistent through the country, he said, and the breakdown occurred between the written tenets of the political society created by the Khmer Rouge and their implementation of them.

Mr. MEAS Soeurn Mr. MEAS Soeurn

Mr Meas Soeurn was born in 1952 in Phnov village, Rumchek subdistrict, Memot district, Tbong Khmun province and lives with his wife and children in Ta Khmau village, Ta Khmau commune, Ta Khmau district, Kandal province. He works in the Kandal provincial committee. He testified in Case 002/02. Mr Meas stated that he joined the revolution unknowingly by running from his village into the forest in 1968. He kept fleeing until March 1970, then worked as a driver for his father, Meas Senghong, alias Chan, who, between 1970 and 1975, was deputy chief then chief of sector 21, then became the deputy chief of the East zone. Mr Meas became a member of the CPK in 1974. He got married in late 1976. After 1975, he attended a technical training session and became the deputy chief of a metal factory in the East zone, and did not see his father anymore. He often traveled between the Commerce office in Phnom Penh and his factory to transport material. According to Mr Meas, all East zone cadres including East zone leader Sor Phim were purged in May 1978. They were accused of treason and collusion with the Vietnamese. During his testimony, he gave the names of some of them. He explained that when a chief was falsely “sent to study sessions”, all his subordinates were too. His father kept his position, but went to Phnom Penh and disappeared a few months before January 1979. Mr Meas stated that at the time, his factory received letters from Phim instructing them to resist the arrests. He said that Phim believed that Son Sen was plotting against Pol Pot and Nuon Chea. Mr Meas also declared that there were some arrests prior to 1978 in his unit. He recalled one Vietnamese employee in his factory who got arrested. He also explained that Cham people in the East zone were displaced and tried to rebel. According to him, the East zone forces fought back against the Centre in 1978.

Mr. CHHUN Samorn Mr. CHHUN Samorn

Mr Chhun Samorn was born in 1957 in Thmei village, Ksetr commune, Kampong Rou district, Svay Rieng province, where he still lives with his family and works as a rice farmer. He testified as a Civil Party in Case 002/02. Mr Chhun became a Khmer Rouge soldier in May 1975, and worked as a messenger in unit 75. He delivered information about enemy positions to other units. He also attended meetings on the subject. In 1976, he was sent to sector 23 and worked in the Special Unit, in charge of gathering intelligence and sometimes of planting mines. Meetings about internal matters were organized. His unit was sent to areas close to the Vietnamese border, in Svay Rieng province, where he said the fighting was fierce in 1976 and 1977, in order to collect information. Sometimes, his unit had to fight the Vietnamese Special Unit. Mr Chhun stated that the work of the Special Unit was harder than other units’. According to Mr Chhun, the fighting intensified in 1977 and soldiers from the Central and the Southwest zones were sent in as reinforcements. At the end of 1977, East zone commanders were sent to training sessions and disappeared. The units were split by Central zone soldiers between the soldiers who had joined the revolution before and after 1975. Weapons were confiscated. Soldiers who had joined before 1975, about 300, were boarded on trucks and were sent to Veal Taprunh. The few others, including Mr Chhun, were integrated into Division 703 and asked to show landmines locations. They were then sent to the same place instead of to the Center. They were all instructed to work in rice fields and to dig holes. In 1978, Mr Chhun heard that East zone soldiers attempted a coup in the Center. Mr Chhun and his coworkers were instructed to go back to their families and villages. In Mr Chhun’s village, soldiers from the Center replaced the cooperative chiefs and told his unit that they would be reenlisted after the purge. However, the witness explained that a few days after their arrival, they tied them up, called them traitors and walked them to be executed. Mr Chhun heard from someone that they were not the first group of soldiers to be sent away. At the execution site, the soldiers who were tied up were shot, but some managed to untie themselves and to flee. Mr Chhun managed to flee with two other soldiers and jumped into a river, then crossed the Vietnamese border. They were rescued by Vietnamese soldiers. The Vietnamese asked them questions and let them join their army in order to liberate Cambodia. The witness recognized a few names of cadres from his unit who were sent for study sessions and are on the S-21 OCIJ prisoners list. After his testimony, Mr Chhun asked for justice for his family and asked the accused two questions: why they divided the soldiers between those who joined the revolution before and after 1975, and why they arrested many East zone soldiers without justice. The accused used their 10 Hearings in Case 002/02 right to remain silent.

2-TCW-1000

Le témoin 2-TCW-1000 était un ancien soldat Khmer Rouge. Il avait reçu une formation navale avant de rejoindre l'armée des Khmer Rouge. 2-TCW-1000 a témoigné que Ta Meas Muth était le commandant de sa division (Division 164) et que sa division avait l'ordre d'arrêter les bateaux à moteur qui ne faisaient pas partie de la marine et de notifier l'appartenance ethnique des occupants. 2-TCW-1000 se souvient que des Vietnamiens avaient étaient arrêtés en mer, ammenés au port Ouchheuteal et avaient été battus par la suite, même quand ils étaient désarmés.

M. IY Vuun M. IY Vuun

M. IY Vuun, âgé de 79 ans travaillait dans un champ de riz et vivait à environ 300 mètres de la pagode de Ksach. Le temple avait été détruit et l'une des résidences de moines était utilisée pour stocker le riz. M. Vuun a témoigné que des exécutions avaient eu lieu dans la pagode. Les personnes qui avaient été exécutées ont avaient été informées qu'elles allaient assister à une session d'étude. Personne n'était autorisé a se rapprocher de la pagode, c'était interdit et la pagode était gardée. Le témoin a expliqué qu'il était en mesure de se rapprocher de la pagode pour voir la fosse de cadavres alors qu'il s'occupait des vaches dans la zone.

Mme SIN Chhem

Mme SIN Chhem, agée de 79 ans a été appelée à témoigner sur le traitement des Vietnamiens dans sa commune de résidence durant le régime du Kampuchéa Démocratique. Mme Chhem a témoigné que les Vietnamiens qui vivaient dans sa commune avaient des maris et des femmes Khmères. Les conjoints et les enfants vietnamiens des mariages mixtes avaient été emmenés dans la nuit pour être tués. Au total, 4 familles avaient été emmenées. Son mari était chef de la commune. Après l'arrestation de son mari, une autre personne l'a remplacé et le témoin a déclaré que cette personne avait organisé les arrestations des familles vietnamiennes dans la commune.

M. Um Sounn M. Um Sounn

M. Um Sounn était à environ 30 mètres de pagode de Khsach et était avec son ami Sean Sung - un témoin précédent dans l'affaire 002/02. Le témoin se souvient des gens armés accusant les victimes comme "Yuon" (vietnamien) à l'intérieur du hall de la bibliothèque. Le témoin a entendu des cris et des pleurs et a vu les victimes tuées une par une. Le témoin avait très peur et a couru vers sa maison en tremblant. Il est retourné sur le site ds meurtres le lendemain et vu des puits débordant de cadavres et des vésicules biliaires suspendues sur les arbres de noix de coco. Le témoin a mentionné que les bébés et les petits enfants étaient tenues tetes en bas et puis écrasés sur les cocotiers tandis que les enfants plus âgés étaient tués avec des batons de bambou.

M. Prum Sarun M. Prum Sarun

Après avoir servi dans l'ancienne armée de Lon Nol pendant plus de 3 ans, dont 1 année d'étude en Thaïlande, M. Prum Sarun a témoigné de son expérience. Le témoin savait que tous les autres anciens soldats dans sa région avaient été emmenés et tués. Toutefois, le KR épargné sa vie en raison de son travail acharné. Le témoin était également présent à quelques réunions avec les fonctionnaires du KR qui discutaient des présumés traîtres au sein de la commune qui ont ensuite été tués.Le témoin a également vu des jeunes cadres, de pres de huit ans dont les les armes touchaient le sol, arreter des groupes de personnes qui avaient été enlevées et ne revinrent jamais.

M. CHHOEUNG Yaing Chaet M. CHHOEUNG Yaing Chaet

La famille de la partie civile M. CHHOEUNG Yaing Chaet avait été maltraitée dans le village de Sey Taekoy - sa ville natale - et menacée par les Khmers rouges, après quoi ils avaient été forcés de se déplacer à Kampong Chnnang.Sa famille a été tué sans avertissement dans le villade Da; un matin, huit hommes armés de fusils, de haches et de grenades sont venus pour sa famille, les ont attachés à la corde utilisée pour les vaches et les enlevés.À l'époque, il ne savait pas que sa famille serait tuée et l'a seulement découvert après avoir marché dans un fossé et avoir vu leurs corps. La partie civile a également admit qu'il fut frappé dans le cou trois fois par un coup de hache. La partie civile a décrit sa tentative d'exécution; il a été forcé à se mettre à genoux vers une fosse, mais comme il a perdu son équilibre, sa tête a été déplacée vers l'avant; après, il a été frappé par une hache à trois reprises dans le cou et est tombé dans la fosse. Il a repris conscience, autour de plusieurs corps sans vie aux alentours de 16 heures et a maché jour et nuit vers le village flottant vietnamien de Kruh, où il a été secouru.

Mme Sao Sak Mme Sao Sak

Mme Sao Sak réside dans le village de Olong Treah, situé dans la province de Prey Veng et travaille comme cultivatrice de riz durant les saisons seches. Sa mère était à moitié Vietnamiene, mais aucun des membres de la famille de sa mère ne vivait dans leur village. Elle s'est rappellée que toute personne ayant des origines Vietnamiennes était emmenée tué, et que sa mère avait subit le même sort.

M. Prak Deun M. Prak Deun

M. Prak Deun a témoigné sur le traitement des Vietnamiens par les Khmers Rouges. Il avait une femme, quatre filles et un fils pendant le règne des Khmers rouges, et a été évacué dans le villade de Pek Chan Ba où sa famille a été séparée dans différentes unités. Après avoir été transférés par force sur l'île de Ta Muth et y avoir vécu pendant un an et demi, les cadres Khmers Rouges ont accédé à la demande de M. Deun d'avoir sa famille a transférée sur l'île avec lui. Pendant tout ce temps, il a vu des Vietnamiens ethniques retirés de l'île ou attaqués, et a témoigné que parler le Vietnamien aboutissait à des punitions physiques ou à la mort. Finalement, les cadres ont séparés les Vietnamiens et les Khmer et ont brutalement assassinés les Vietnamiens.

2TCW-918 2TCW-918

Le témoin no. 2-TCW-918, un ancient commandant et un pecheur entre 1975 à 1976 a été appelé à témoigner au sujet de la nature de la construction du barrage, des infrastructures disponibles aux travailleurs, et sur divers autres sujets. En tant que commandant, 2-TCW-918 était principalement responsable de la supervision de la construction des barrages ainsi que de la main-d'œuvre. Il a donné des détails spécifiques relatifs à son temps en tant que superviseur dans le District 5.

M. SEAN Sung M. SEAN Sung
[CAVIARDÉ] Transcription - Dossier 002/02 – 27 October 2015
M. BAN Seak M. BAN Seak

M. BAN Seak, âgé de 61 ans a témoigné sur la facon dont il a été nommé comme le chef adjoint des Travaux publics après les purges des cadres de la Zone Nord. Pendant son temps comme Secrétaire Adjoint, So Soeun, épouse de Ke Pauk, avait été nommée chef de district du district de Chamkar Leu. Étant chargé de superviser les villages de Lvea et Chamkar Andong, il ne connaissait aucun Cham vivant dans ces zones parce qu'ils étaient interdits de pratiquer leur religion. Le témoin ne connaissait pas le sort d'environ 1000 familles Cham portées disparues dans Chamkar Leu. M. Ban, qui a perdu deux de ses frères et sœurs durant ce temps, a réaffirmé que les gens étaient tués indépendamment de leur race ou de religion. Des membres du comité de district lui ont dit que Nuon Chea etait l'un des principaux conseillers dans l'elaborations des "politiques". M. Ban a dit qu'il avait pas le pouvoir de décider qui serait exécuté; les ordres venaient de échélons supérieurs, et a déclaré que personne n'avait été épargné par les purges. Si vous opposiez le régime, vous étiez l'ennemi. Il se souvient avoir vu des cadavres, certains en uniformes militaires inconnus, flottant sur le Mékong près du village deTrea. Certains n'avaient pas des têtes.

Mr. SOT Sophal Mr. SOT Sophal

Le riziculteur M. SOT Sophal, 51 ans au moment du procès, rappelle son expérience de travail sur le chantier du barrage de Trapeang Thma (TTD). Il avait été transféré au chantier TTD après avoir été l'un des 2.000-3.000 enfants qui travaillaient sur une plantation a Kampok. Sur le site de TTD, il faisait partie de l'unité des enfants spécialement affectés à creuser et transporter la saleté, assez pour atteindre les quotas quotidiens. Travailant de 3 heures jusqu'à 11h, puis de 14 heures jusqu'à 23 heures, M. Sot stipule que si vous ne remplissiez pas le quota journalier, vos rations alimentaires seraient réduites de manière significative. Il a vu des travailleurs des s'évanouir et mourir à cause du travail excessif de travail et des rations alimentaires insuffisantes. Certaines personnes étaient également été punies en étant attachées à des planches de bois. Il entendait la milice régulièrement dire "Vous garder est un gain, vous perdre n'est pas une perte". Il a confirmée avoir vu des gens se faire arrêter ammenés à Ta Val, le chef présumé de TTD, et déclare que le but de ces arrestations était une ré-éducation. Il n'a jamais les personnes arrêtées rentrer. Certains travailleurs avaient été tués publiquement pour dissuader les autres a la desobeissanc; en conséquence, il avait fui TTD vers une forêt. Il avait aussi entendu des cris de gens poussés dans des fosses par des tracteurs.

Mme NO Sates Mme NO Sates

Mme No Sates, agee de 57 est née et vit encore dans le village de Srei Klang, commune de Srei Klang. Srei Klang était à l'époque considéré comme un village Cham et après une rébellion supprimée, elle et près de trois cents autres villageois ont été mis en quarantaine dans un entrepôt sans accès à de la nourriture et a des soins médicaux. Tous avaient été interdits de parler Cham ou de pratiquer l'Islam, et beaucoup étaient morts d'emprisonnement et pour manque d'accès aux ressources vitales. Mme No a déclaré que les Chams avaient été ciblés - surtout les hommes - et souvent emmené à pointe d'un couteau, et qu'elle avait menti qu'elle est Khmer de peur d’être exécutée. Les Khmers Rouges avaient demandé à Mme Non et ses concitoyens de construire un grand nombre de barrages et de creuser des tombes, taches au cours desquelles ses deux parents sont morts. Elle avait aussi contracté la dysenterie.

M. HIM Man M. HIM Man

M. Him Man une partie civile âgée de 66 ans était né et réside actuellement dans le village de Sauk Sau à Kampong Cham. Il a déclaré que les Khmers rouges voyaient les Cham «ennemis numéro un» et les a forcés à manger du porc, couper leurs cheveux et à arrêter de pratiquer leur religion et la prière. Même si ces règles étaient obéies, beaucoup de Cham avaient été retirés du village et exécutés par les Khmer Rouge. M. Him Man a déclaré qu'il avait observé certains des meurtres cachés dans les buissons. M. Man a déclaré que lui et sa femme avaient échappé la persécution en se cachant dans un étang voisin pendant près de quatre mois avant d'être capturés et ensuite envoyés dans un centre de détention. Plus tard, alors qu'il était à bord d'un bateau en partance pour l'exécution, M. Him fut secouru par les Vietnamiens.

Transcription - Dossier 002/02 - 28 Septembre 2015
M. TAY Koemhun M. TAY Koemhun

M. TAY Koemhun a témoigné que sa maison était à 50 mètres de la pagode Wat Au Trakuon, où il a vu plusieurs personnes être dirigées quatre ou cinq fois par jour. Hommes, femmes et enfants étaient conduits dans la pagode ou de la musique jouait très bruyamment; les plus âgés étaient attachés avec une corde que les enfants plus jeunes suivaient. Le témoin n'était pas au courant de la raison pour laquelle les gens étaient amenés dans la pagode, mais d'autres villageois lui avaient dit qu'ils étaient tués à l'intérieur tandis que la musique forte jouait. Le témoin était chargé de récolter le riz et avait été menacé de mort à deux reprises par les cadres. Après que le régime soit tombé, M. Tay a confirmé qu'il n'y avait plus de Chams dans son village.

Transcription - Dossier n° 002/02 – 16 septembre 2015
Syndicate content